« Abandons et souvenirs », le livre

La plupart de mes lecteurs le savent, je pratique l’urbex depuis maintenant plus de 4 ans.

Un apprentissage d’un style photographique particulier, qui changeait de la photo de voyage ou la photo évènementielle (je fais allusion à ce passé lointain où j’étais pigiste). Bien sûr, on n’est pas obligé d’inclure la photographie dans l’urbex, mais je joins l’utile à l’agréable. Autant figer une image de ce qui ne sera plus dans quelques années, et c’est là le fil conducteur de ce projet. Saisir l’instant présent de la décrépitude.

Une aventure de 4 ans non dénuée d’émotions, sensible comme je me connais j’ai ressenti dans divers murs le passé des lieux. J’ai ressenti les ondes de violence dans une prison limite jusqu’au malaise, j’ai éprouvé de la nostalgie dans la maison d’un grand chanteur français défunt, de la compassion pour les victimes dans une clinique qui a servi de boucherie. J’ai été impressionnée dans une immense caserne allemande qui a servi de QG pour l’Armée Rouge.

Du coup j’ai voulu faire un recueil de ce que j’ai le plus aimé lors de ces visites. Il y a eu de l’écrémage, je reconnais par exemple que les photos de mes premières explorations ne sont guère transcendantes, mais il y en a qui m’ont laissée ce je ne sais quoi, de par leur histoire et ce qu’il s’en dégage.

Je vous laisse découvrir cet ouvrage, disponible chez Blurb :

Retour aux sources (ou comment mon cœur n’a jamais oublié la photographie argentique)

Quand j’étais petite (un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre 😉 ), la photo représentait une certaine magie. Voir ma mère arriver avec son Agfamatic (oui le format 110, vous savez, les photos au format timbre-poste), et savoir que par certains sortilèges, ça faisait au bout du compte … des images (pour un enfant on comprend que c’est beau comme concept).

A dix ans, mon cadeau d’anniversaire a été mon premier appareil photo. Il ne payait pas de mine, ce Konica EFP-J mais il a été pendant des années mon joujou préféré. Que dire de mon excitation profonde, quand la pellicule était achevée, lors de ma visite chez le photographe : « elles seront prêtes demain ! ». Et là, j’attendais, fébrile, le moment où j’ouvrirais la pochette.

Les années ont passé et je suis montée en gamme, passant du bridge au reflex. Et puis 2007 est arrivé. L’année où on se rend compte que les photographes se raréfient et que vos copains vous font sentir, que voilà, on est dans les années 2000 et il faut bien se mettre au goût du jour. Fini les investissement coûteux, les allers-retour au photographe. Et vive la photo instantanée, celle qui s’affiche de suite après la prise de vue.

Du coup j’avais mis de coté l’idée d’avoir un labo photo chez moi.

Mais c’était sans compter une bande de rebelles aguerris qui partageait cet avis. La photo en argentique, celle avec la pellicule qu’on doit faire développer, c’est autre chose. C’est la raison même de la photo, le procédé chimique originel à base de sels d’argent (d’où le qualificatif d’argentique) qu’on soumet à divers traitements chimiques, un grain, un rendu incomparable à cette image trop parfaite que rend nos capteurs numériques. Désolée pour les écolos-babas que cette phrase a choqué.

Car oui, il y a peu j’ai fait une session urbex avec mon vieux reflex argentique (un Minolta des années 90 qui est devenu trop automatisé à mon gout, au moins mon passage dans le numérique aura servi à cet apprentissage) …

Image volontairement mise en « positif » pour donner une idée des photos

Et oui j’ai pu ressentir cette vieille jubilation, cette émotion du passé en mieux : j’ai développé la pellicule moi-même, à la suite d’un stage qui vise à me préparer à tout faire dans mon labo à moi. Il ne me reste plus qu’à cette étape à tirer les images et je pense continuer dans cette lancée.

Abandonner le numérique ? je ne pense pas en venir à cette extrême mais je pense que les pellicules vont revenir dare-dare dans mon sac photo 🙂 .

2016. The end.

Jusqu’à peu, j’étais plutôt de ces gens qui se languissent de la nouvelle année, considérant celle qui va s’écouler comme un année si insignifiante avec son lot de frustrations. « Bon alors, elle a pas bientôt fini cette mauvaise année ? ».

Pourtant, cette année-là, elle était différente des autres.

Ou peut-être étais-je devenue différente ?

2016 a été une année spéciale, pleine de challenges que je m’étais décider à relever. Il y en a deux que je n’ai pas pu accomplir : le premier, la guitare. Je n’avais plus autant de temps le soir pour travailler mon instrument, compte tenu que j’étais inscrite à Spark et que ça remplissait bien mes journées. Je veillais donc à me fixer 3 grosses pierres, voire 4 mais pas plus qui comptaient le plus dans mes semaines : mon travail chez Digitick, ma nouvelle copine (on vient de fêter notre cinquième mois), mon projet AD Urbex et Spark. Le reste (l’allemand, les certifications …) étaient du bonus. J’ai aussi raté ma certification MySQL qui demandait une certaine expertise. Mais le voyage valait le coup. Si je ne m’étais pas donné ce challenge, je ne saurais rien des transactions, des vues, et autres optimisations de bases de données. Puis dans les quatre que j’ai passées cette année (PHP, ZF2, MySQL et TOEIC) c’est la seule que je n’ai pas pu obtenir.

2016, c’est ainsi l’année de la prise de confiance en moi. A travers la réussite de plusieurs certifications qui ont su me démonter ma vraie valeur, table rase d’un passé de doutes. Et il y a eu aussi Spark, où je suis partie à ma découverte, où j’ai appris des technique de gestion de peurs et d’émotions. Où j’ai appris à positiver sur ma vie. Où j’ai compris que les obstacles permettaient d’appendre. J’ai aussi compris que mon corps méritait le respect : une alimentation saine, faire du sport, boire beaucoup d’eau, éviter les sucres. Et croyez moi, je me sens bien plus jeune qu’il y a dix ans, quand on dit que 20 ans c’est le plus bel âge de la vie, pas toujours …

2016 a été également une année de renouveau. J’ai pu faire des rencontres professionnelles enrichissantes, et le destin m’a portée sur un entretien d’embauche réussi au sein de l’entreprise Digitick. Depuis des années que j’attendais d’avoir ce genre d’opportunités … elle a fini par se présenter. Et croyez-moi ça change des petites boites qui finissent par mettre la clé sous la porte !

2016, ça a été la fin et le deuil d’une relation pas top et le début d’une nouvelle, basée sur la découverte, le partage, le respect et l’enrichissement.
2016, pour terminer a été également la retrouvaille de la vraie passion de la photo, et la sortie de mon livre.

2017 sera la continuité de ce premier travail. La fin de Spark où se soldera la fin de ce long travail sur moi même. Je vais également bien peaufiner mes compétences en photographie, et revenir sur l’argentique. Il y aura d’autres certifications (mais deux ça suffit) : Symfony2 et également niveau A en Allemand. Puis je prendrai soin de mes amours, qui se construisent petit à petit. Puis plein d’autres choses 😉

Photo du jour : la super-lune cachée un soir de novembre.

Amelaye vous salue bien.