Refaire le monde …

mondemeilleur

Actuellement je bosse en collaboration sur un projet. Le site étant tiré sur une base en SPIP je n’ai pas trop de mal là-dessus. En même temps celà me permet d’enseigner des bases.

Ce site est inspiré entre autres de citations d’ordre philosophique mettant en exergue le bêtise qui nous habite. (bien sûr vous êtes au courant vu le nombre de fois que je le répète). L’ètre humain dans ses plus entiers paradoxes. Celà tombe bien car je suis en manque d’inspiration et comme je ne sors pas beaucoup je n’ai plus l’occasion d’examiner mes amis les humains.

Mais en fin de compte à quoi sert ce blog ? Je vais mettre le doigt sur nos paradoxes et nos hontes et après ? Vous vous direz “tiens c’est vrai”. Et après ? ? ? Genre vous êtes témoins d’un accident vous n’avez pour l’instant rien vu et on commente l’évènement avec des allusions peu ragoûtantes (jambe broyée, plein de sang, le gosse tué …) et quand vous passez devant l’endroit du drame vous ne pouvez vous empêcher de lorgner !

Alors la liberté d’expression oui mais pourquoi ? Je m’en sens démotivée du coup … ça me rappelle le film que j’ai vu hier “un monde meilleur”, le petit garçon lance un mouvement particulier : un individu aide trois personnes qui aideront trois personnes à leur tour … merci mais à d’autres. Personnellement j’ai aidé des gens mais casse toi la nénette pour les aider ils te rabaisseront d’une manière ou d’une autre.

“L’homme se construit autour d’un shéma imposé par le système.” ceci est une citation que j’ai pu trouver sur ce site, d’accord ! Mais qui a crée ce système ? L’homme lui même. De plus cette phrase signifie que l’homme doit suivre des voies toutes tracées, mais dans ce cas là que fait-on des transgresseurs ? Les anticonformistes existent bel et bien et se protègent de ce mouvement auquel ils n’adhèrent pas. Ils font leur révolution, celle que les autres ne daignent faire. Pourquoi ? Par complaisance. Les gens peuvent gérer leur vie encore faut-il qu’ils en aient la volonté. Ne serai-ce que de refaire le monde dans leur tête. Il sont ancrés dans un processus qui leur permet de décroitre leur malheur : car les gens préfèrent débusquer le malheur qui règne plutot que de trouver leur bonheur. Le malheur existe pourtant dans ce monde (ne serai-ce que la mort) et existera toujours. Les bonheur est débuscable n’importe où. En bref les gens s’apesantissent sur leur sort. C’est la système de la société qui l’inculque. Or la notion de bonheur et de malheur est ancrée uniquement dans nos têtes. C’est un ensemble d’idées !

Voilà pourquoi refaire le monde se refait surtout dans la tête !

Initialement publié le : 24 avril 2006

La malédiction de Michaël Youn

Parution : June 24th, 2007.

img456086f025388-bannerYoun, je l’ai tout d’abord connu en 2000, avec son cultissime “Morning Live”, entre deux tasses de café, toute fraiche sortie du coccon familial, préparant mon entrée en BTS (sept ans déjà). Ce trublion étrange, présentant un léger défaut de langage qu’il aura rapidement corrigé (il avait un léger cheveu sur la langue, ressortez vos piges vous entendrez) est devenu, au fur et à mesure d’une curiosité croissante de ses téléspectateurs, un vrai OVNI de la télé, n’hésitant pas à dévoiler son anatomie sur le PAF, ou à chanter dans des paroles purement sorties de son imagination.

Youn a de l’imagination, il a de l’audace. Avec lui, c’est toujours extrème : on l’adore ou on le déteste. Il quittera le Morning Live dans un costume osé, choquant, montrant des images désatreuses de gaspillage de nourriture. A en devenir lassant, tant le registre était linéaire.

Puis ce fût sa reconversion cinématographique. “La Beuze”, qui a eu son petit succès commercial mais dont le scénario prometteur était finallement décevant. Les “11 commandements”, inspiré de l’émission Américaine “Jackass”, OVNI du cinéma français, pour lequel il n’a pas hésité à saccager une maison pour transformer son salon en piscine improvisée. Il y a eu “Incontrôlable”, qui n’a pas fait long feu sur les écrans, tant l’humour scatologique répété au possible et gratuit ne parvient pas à esquisser un sourire (et pourtant … je ne suis pas difficile niveau films). Il dégoûtera bon nombre de personnes d’aller le voir un cinéma. “Iznogoud” parvient à tirer son épingle du jeu. Youn a travaillé son rôle et ça se sent, il sort de son registre “pipi-caca-je montre mon cul-je fais des batailles de bouffe”, et ça plait.

En dehors du cinéma, il ressort des cartons du “Morning Live” une parodie de groupe de rap “Fatal Bazooka”, pour séduire un public plus jeune, et fatigue ceux qui attendent de lui autre chose (cf. post “Michael youn ne me fait plus rire …”).

Son dernier film, “Heros”, montre une nouvelle facette du personnage, et dans un registre dramatique. Ce que les fans attendaient depuis longtemps, que se cache-t-il derrière la carapace du joyeux drille du Morning Live ??? Et pourtant, le film ne sortira uniquement dans 20 grandes villes (Toulouse inconnue au bataillon le 20 juin), massacré par la presse qui, à mon avis, a plus un contentieux avec Michael Youn qu’avec le film même, tant le paysage journalistique est lassé par, notemment, ses caprices devant la caméra lors des émissions de variétés. De plus le public, énervé, ne semble pas être conquis de voir Michaël Youn, “le fanfaron de feu Morning Live tranformé en psychopathe dans un thriller claustro“.

En dépit de sa personnalité, je pense que Michael Youn devrait s’investir dans plus de rôles sortant des sentiers battus, car il possède un vrai potentiel. Mais je crains que ses échecs passés n’aient entaché sa réputation d’acteur. Dommage.