Spark, deux ans après.

Il y a un peu plus de deux ans, je m’inscrivais au programme Spark, comme je l’avais mentionné dans un de mes anciens posts.

Et depuis ? Que s’est-il passé ? Comment ai-je affronté mes soucis du quotidien, développé mon leadership, sorti ma version 2.0 ?

2016
Dès que le programme commence, c’est sur les chapeaux de roues. On me demande de réaliser des travaux, et le premier n’est pas des moindres. Je demande à 25 personnes de me citer 3 qualités ! Ouch, ça commence pas mal … et déjà ça fait réfléchir sur l’image que je donne de moi. Je suis agréablement surprise. De plus, le hasard a voulu que je fasse une rencontre amoureuse, et que je démarre dans une nouvelle entreprise  à ce moment-là.
Au bout du deuxième et troisième mois, il se passe quelque chose d’étrange. Tout se passe bien, c’est le monde des Bisounours, l’enfant que j’étais se réveille à nouveau, j’ai juste envie de me servir au buffet de la vie et de faire pleeeiiiiiin de choses. Je termine mes projets prévus, et je me dis « whouah, je fais quoi en 2017 ? ».  Comme je n’avais pas de tableau blanc, je prends la porte de la pièce qui me sert de bureau (promis je rends l’apparte nickel) et fais un tableau sur lequel je colle plein de post-its, en deux mots je suis juste en train de SCRUMER mon année :

Je me sens déraisonnable, je veux courir le Marseille-Cassis, faire une formation de photographie, devenir mentor chez OpenClassrooms en parallèle de mon job, passer une certification Symfony, une certification niveau A de mon allemand, et surtout je VEUX ETRE CONFERENCIERE AU PHP FORUM … bref je me sens UNSTOPPABLE.

2016 s’achève, je suis en larmes à l’idée de quitter cette année qui a été si belle, malgré les difficultés que la vie apporte, malgré tout.

2017. Le printemps.
J’avance au fur et à mesure mais sens que mon année va être chargée. La vie a fait que ma relation s’est terminée en février, et les choses dans mon travail sont en train de changer, il y a du mouvement, mais qui me déplait : j’étais bien dans mon ancien service, et ça doit être re-visité ! Je pose ma candidature de mentorat, et la réponse tarde. Mince, je dois tenir mes engagements, hop, je m’inscris en formation photo, via une école en ligne.
Je suis encore un peu sous le coup de ma rupture et dans une mauvaise énergie, le programme SPARK se termine et j’ai fini tous les modules. Mais à ce moment-là, je fais un rejet total de Franck Nicolas, et de la communauté Spark  … mon esprit tout entier ne peut plus le supporter, mais à la fin, pour qui se prend-il à faire ses leçons de choses ? et ce fan-club qui l’idôlatre, qui reprend toutes ses expressions, c’est bon les gens, c’est un humain comme vous, avec ses qualités et ses défauts, et il fait caca comme tout le monde !!! Et puis c’est bon, c’est fini, j’ai plus besoin de lui. Je tiens de moins en moins bien mes miracle mornings, je n’ai jamais été du matin de toutes façons.

Je débroussaille mon site AD URBEX : il y a un souci au niveau du référencement, ce qui explique le peu de visiteurs !!! Je veux faire parler de mon projet, je fais une grosse compagne de com’, contacte les webzines et les journaux, et La Nuit me dédie un article !!! J’adore !!!

Au final, le mentorat ne peut pas se faire. Aïe, j’accuse le coup, comme un boxeur qui tombe sur le ring ! ça fait vraiment mal à l’égo, et demande conseil auprès de ma coach perso. Mais je rumine, rumine, rumine, et je ressasse, encore et toujours. Et vient le coup de grâce : un problème au pied, pas grave mais assez méchant pour m’empêcher de courir pendant plus d’un mois, poser mon pied par terre est douloureux et cette coupure avec le sport, alors que je courais souvent, me perturbe. Au travail, je comprends que je ne pourrai pas avoir le poste que je convoitais, et ne le vis pas très bien. J’essaie de relativiser : Franck disait bien « Vous allez avoir plus de problèmes, car vous allez agir plus dans votre vie !! Vie = Problèmes !!! ». Sur ce coup ci, notre coach des coachs, il n’a pas tort ! Mes post-its eux, se retrouvent barrés petit à petit quand les challenges sont réalisés, ou décalés de mois en mois, en mode agile, mais je commence à réaliser que j’ai surestimé ce que je pouvais faire en un an. Qui me dit que cette année 2017 s’accomplira en deux, voire trois ans ?

Vient le moment tant attendu : mon dossier est retenu pour le PHP Forum !!! Et c’est juste dément cette sensation que j’ai ressenti à la réception de cette réponse positive, aussitôt suivie d’un bon moment de stress. Cette présentation est faite lors d’un séminaire qui regroupe les meilleurs développeurs de France. Il fallait que j’assure, et j’ai relevé le défi fin octobre. Je me donne une tape sur l’épaule, je suis fière de moi, et recommencerai volontiers.

Et puis je m’inscris également en auto-entrepreneur, pour accroitre mes revenus, et je ne pensais à ne plus avoir à faire cette démarche, après l’avoir été pendant une année il y a dix ans. Mais je voulais réussir ce challenge, pour monter que j’en étais capable. Au travail, je commence à me poser des questions, je veux monter en compétences, je sens que je le mérite, mais je n’ai pas la reconnaissance en retour. Je décide de me fixer un bon repos pendant les vacances de Noël, et passe le nouvel an dans un petit village de montagne pour faire le point sur ma vie. Je ne savais pas encore, dans ce bilan trouble et incertain, que j’étais dans ce que Franck appelait le « printemps », j’ai semé, semé, mais rien ne pousse encore. Franck, il me manque au final, je finis par réécouter ses podcasts et pense que malgré ce côté « mascotte »,  il a quand même une méthode qui a fait son effet chez moi. Give me more, Franck !

2018. L’été.
Je ne projette rien de nouveau pour cette année, me contentant de reconduire mes projets de l’an passé qui n’ont pas abouti.

A la TV, un reportage montre les travers des coachs en ligne, et Franck n’est pas épargné. Mais on a beau dire tout ce qu’on voudra, sa méthode donne un sérieux coup de pied dans la fourmilière. Et puis il est juste … humain, avec ses qualités et sa part sombre, comme nous tous.

Je termine mes certifications en allemand. Le bilan est super satisfaisant, en sachant que ce n’est pas évident d’apprendre une langue étrangère une fois adulte, ich bin so stolz auf mich !!
Je décide pour pallier certains trous dans ma confiance en moi, de m’inscrire au Week-End Spark. Au final ça aura été une bonne décision, car niveau travail, j’ai perdu le sens, je tourne en rond et sens que j’ai fait le tour, et une nouvelle opportunité s’offre à moi : celle de monter en compétences et de devenir lead dev. Challenge accepted, je démissionne, non sans regrets car j’ai des valeurs, et j’avais des projets chez eux. En parallèle, une chose incroyable se produit : j’ai une nouvelle chance pour être mentor chez OpenClassrooms ! Deal ! Et je me régale de me sentir utile.
Quand à mon apprentissage de la guitare, tout devient plus simple : ce qui me semblait impossible me devient accessible.

Les graines que j’ai semées poussent enfin, et d’un coup !!! C’est incroyable !! Mais je ne relâche pas. Car dans mon travail actuel, les challenges sont de mise et des gens comptent sur moi. De nouveaux challenges jamais relevés, parfois difficiles, mais qui valent vraiment le coup.

Je me mets alors à faire quelque chose de nouveau : j’investis mon argent dans certains placements : je me forme, et j’utilise mon don ultime découvert lors du deuxième module de Spark, mon hypersensibilité, pour mettre à profit mon intuition. J’entends parler de blockchain, d’ICO, de crowdfunding, et … j’ai faim d’en savoir plus, j’ai ce même coup de coeur qu’il y a 20 ans quand j’ai découvert Internet et le web … c’est juste l’avenir, I’m part of it  !!! Give me more !!!

Mon bilan à deux ans
Je commence à comprendre comment je fonctionne, quand je dois me poser et quand je dois donner un coup de levier à mes projets. J’ai l’impression d’avoir pris un bon coup de maturité, je pense différemment, je suis moins en proie à l’émotionnel et à la peur, je ne cède plus à l’autosabotage et me remets en question en me fiant à mon ressenti. Un mélange d’être toute autre mais de retrouver des anciennes part de moi que la vie avait dissimulées.

Amelaye 2.0 est sortie cette année. Et ça fait du bien !

Et j’ai une petite idée d’Amelaye 3.0 😉 … la suite au prochain épisode.