J’ai testé pour vous : YOLO

Yolo, on ne vit qu’une fois est une Scripted reality diffusée depuis le 18 février 2013 sur W9. L’émission est produite par la société Studio 89 (filiale de W9). C’est l’adaptation française de la Scripted reality allemande « Berlin Tag und Nacht » qui est un véritable succès outre-rhin sur la chaine RTL II.

Le ton est donné, puisque Yolo signifie en anglais « on ne vit qu’une fois », expression « Carpe Diem » revisitée pour nos ados du 21ème siècle (waish boloss).

J’avais vu la bande annonce en fanfare avant ce 18 février 2013, me disant que le monde télévisuel allait être bouleversé par un concept novateur.

A la base, les situations sont fictives, comme les personnages, elles se déroulent dans de vrais lieux, et non pas dans des décors de carton-pâte, et les dialogues sont improvisés (donc ça rejoint le concept du théâtre d’improvisation mais dans une série). Les Yolo les voici :

yolo-18h50-sur-w9

Bon. Pourquoi pas. Admettons.

Si à la base le concept était séduisant, les téléspectateurs n’ont pas été emballés. J’ai eu moi-même quelques WTF* bien prononcés lors de certaines situations :

Exemple WTF 1 : Dans le premier épisode, Alex, le sérial-loser, se glorifie d’avoir de l’argent (avant de se les faire chourer par une blondasse prostipute qu’il a cru être son grand amûûûr). Nous apprenons que cet argent fait suite à un emprunt qu’il a fait à sa banque. Je rappelle qu’Alex est au chômage et sans revenu visiblement (il ne peut pas payer son loyer) et dans la vraie vie il serait à mon humble avis sorti avec une trace de coup de pied au fesses tellement la banque n’aura même pas voulu lui donner un cent.

Exemple WTF 2 : Quelques épisodes plus tard, l’oie blanche de base qu’incarne Sophie est trop love de Carlos, un barman qui enchaine les filles et en a tellement rien à battre de cette nana qu’il lui envoie goujaterie sur goujaterie, et elle en redemande la miss. Et là, Alina qui est à voile et à vapeur (et comme par hasard mécano – big cliché inside -, balance une phrase bien bateau (attention c’est brut de pomme) : « heureusement que je suis bisexuelle car les filles elles se conduisent un peu mieux ! ». Hum, si tu étais vraiment bisexuelle dans la vraie vie ma chérie, tu ne dirais jamais ça. Mais jamais ! Y’a trop de femmes psychopathes dans le monde, les lesbiennes et bis savent de quoi je parle !

Exemple WTF3 : Amel qui est barmaid avec Carlos se permet de quitter comme ça son service pour aller se promener avec sa voisine qu’elle n’a pas revu depuis des années. Et personne ne lui reproche rien, c’est normal. Bon. Admettons.

WTF général : les 4 premières minutes de « dans les épisodes précédents » + « dans l’épisode d’aujourd’hui » + générique qu’on est obligé de se farcir avant que l’épisode démarre pour de bon. Je passe également sur la durée des plans de Paris, sous fond « pump it up », on se demande ce qu’ils viennent faire là, et qui doivent faire cumulés par épisode une bonne minute (ça doit remplir de la bande, pense-je à juste titre).

yolo-word-you-only-live-onceOutre Rhin, le concept a bien pris et a beaucoup de succès. Mais je n’ai pas visionné cette version allemande, il doit y avoir certainement moins de WTF, ou les allemands sont plus patients que les français ou sont comme moi, adeptes du principe de la zen-tv (en gros regarder des émissions vides de sens et de contenu pour se vidanger le cerveau après s’être bien pris le chou pendant huit heures à coder des injections de contenu ZF2 avec passerelles en Ajax, les développeurs savent de quoi je parle).

Affaire à suivre, mais en attendant, l’émission a été décalée de quelques heures, à cause de son manque d’audience (380 000 téléspectateurs environ par épisode ces derniers jours). A mon avis … il ne faut pas s’attendre à la voir perdurer.

* What the f**k ?

Walking dead à Toulouse – Les zombies sont en marche.

Un zombie qui a du souci à se faire …

Le 27 octobre dernier était organisée à Toulouse sa quatrième Zombie Day, organisée par l’association Rêves Temporels.

Une zombie walk, ou marche des zombies est une manifestation publique de type Flash mob, au cours de laquelle les participants sont déguisés et grimés à l’aide de maquillage plus ou moins réaliste en zombies. Des zombie walks ont été organisés dans plusieurs villes, principalement nord-américaines, depuis 2005.

A l’origine un mouvement contestataire qui dénonce la société de consommation qui nous transforme petit à petit en morts-vivants, ce défilé rejoint également le domaine du Cosplay, où on n’hésite pas à se grimer et à ne plus se prendre au sérieux.

500 personnes, zombies, organisateurs-chasseurs (brassards verts), chasseurs de zombies, victimes (brassards rouges), sont parties de l’Arche de la Méadiathèque, vers la place St Pierre, en dépit du froid glacial qui se diffusait au sein de la ville. Il était possible de se maquiller sur place grâce aux équipes de BlackCatz et de la team Jeloyo Production.

Le mot d’ordre était clair :

L’équipe des Passagers d’Anachrone a reçu aujourd’hui un télégramme….
« Une épidémie est en train de se diriger sur la ville de Toulouse en France. Une horde de zombies envahira la ville le 27 octobre 2012 »
Ni une, ni deux… nous nous préparons, nous nettoyons nos armes, nous affutons nos lames et programmons notre machine temporelle afin de faire un bond dans le temps pour exterminer cette menace!!
Le but : sauver la ville, encore une fois, et ne pas se faire mordre!!

Photos de la manifestation – cliquez pour les agrandir – naviguez dans le set avec les flèches en bas des vignettes :

[flickr-gallery mode= »photoset » photoset= »72157631898571734″]

En cours : g-stud.com – nouvelle version

Depuis début septembre, j’ai repris mes anciennes fonctions au sein de l’association G-Stud, pour laquelle j’avais conçu la première version du site, sous forme de blog évolué.

Quand j’ai temporairement quitté l’asso, la personne qui m’avait remplacée a fait un site à sa façon, mais qui manque de qualités ergonomiques et niveau SEO, beaucoup de choses étaient à revoir.

J’ai donc repensé le site avec mon joujou web préféré (WordPress) avec un thème que je remanie pour bien coller à l’image G-Stud 🙂 … je vous laisse juger des pavés multicolores. La construction du site est gérée progressivement par un outil de suivi de gestion de projet que j’affectionne, TRAC, sur lequel j’enregistre des tickets au fur et à mesure des remarques des autres membres de l’association. Il est également versionné avec SVN.

Le site permettra une meilleure interactivité que la précédente version de mon « remplaçant », tout comme la version 1 l’avait permis. Cette version du site n’intègre malheureusement plus la boutique en ligne que j’avais réalisée voici deux ans avec Prestashop (avortement de l’idée). En outre j’ai pensé à faire un intranet pour les membres du bureau afin que nous puissions communiquer nos idées, cet intranet ayant la forme d’un réseau social ressemblant à Facebook.

La capture d’écran à gauche représente l’avancement actuel du site, pas mal de choses continuent de bouger et il est loin d’être fini, surtout graphiquement, mais je ne résiste pas à vous montrer l’ébauche … le site intègrera :

– Podcasting de sons et videos (channel Youtube) … dont pas mal de reportages que je réaliserai
– Système de publicités payantes
– Gestion d’agendas
– Encarts réseaux sociaux
– Galerie photo
et bien d’autres choses …

Cette version sera mise en ligne pour janvier 2013 …

Edit : Article relatif à la première version …

La geekette, le nas LG N2B1 et la mise à jour du firmware-fantome

Comme pas mal de geeks, j’ai craqué il y a deux ans pour un Nas N2B1 … j’avais reçu à l’époque une prime de la part de mon ancien employeur (haa) et j’ai eu envie de faire une folie.

Mon Nas il ressemble à ça :

J’ai juste trouvé qu’il était esthétiquement vraiment joli avec ses racks amovibles ses leds bleues et son boitier blanc <3 …

En gros il se situe à mi-chemin entre le disque-dur externe et le « Barebone ». D’autres m’ont devancée pour énoncer les avantages et les inconvénients de cet appareil qui à l’époque n’était pas très au point (et ne l’est toujours pas).

Aujourd’hui il a sa plus-value en tant que serveur de sauvegarde. En effet, même s’il est gentiment basé sur une Debian il offre quand même des failles de sécurité qui font qu’il n’est pas approprié en tant que serveur web. Toutefois, relié en interne, il avale volontiers des centaines de backups. Ce qu’il lui manquait à ce Nas, c’est un port ssh ouvert et des mises à jour du firmware. Or, LG a quelque peu laissé tomber à ce niveau. Heureusement, Thantalus s’est penché à ce sujet et nous a offert un bon package agrémenté de quelques hacks (qui ouvrent le port 22 en l’occurrence) : http://lg.threnor.de/en:general:installation

Il y a également correction de bon nombre de bugs et il nous offre également des interfaces web qui permettent de visualiser en streaming les fichiers audio et video. Je peux également bien me connecter sur le serveur iTunes qui était intégré, et qui marchait une fois sur 2. Il a également bien identifié un disque dur qui était branché en Raid1 et qu’il diagnostiquait défectueux.

Que du bonheur, en fait … à part pour la traduction française qui est bourrée de fautes. A l’avenir j’éviterai donc d’investir dans un Nas LG, parce qu’à moins de le hacker comme j’ai fait, c’est pas génial.

Publicités musicales

Il y a des choses qui demeurent un vrai mystère pour moi. Les publicités dont le gimmick musical est tout à fait inapproprié au produit. Surtout quand il y a des cadres commerciaux payés des milliers d’euros pour nous pondre un spot incongru, voire négatif (ce qui n’est pas, rappelons-le, le but …).

La première qui m’a interpellé dans ma vie, c’est celle qui présentait Alice. Ouhouh. Bien sûr, tout le monde sait de quoi je parle :

Bon déjà, « Black Horse And Cherry Tree » (« cheval noir et cerisier »), on est loin d’une connexion ADSL … et encore si on analyse les paroles, ça parle d’une histoire d’amour frustrée (« no i’m not the one for you » – « non je ne suis pas ton grand amour »).

Alice n’est donc pas la bonne, peut-être qu’Orange fait mieux (en tout cas nous allons voir qu’ils sont plus engageants) …

Autre publicité de produit frustré :

Cette fois, ci il s’agit de Lily Allen « 22 » . En gros ça parle d’une jeune femme qui va avoir trente ans, qui se retrouve seule assise par terre, à bondir à chaque bruit de portière et ça continue encore et encore qui se souvient que, quand elle avait 22 ans, et bien elle avait plein d’espoirs, qui ne se sont pas finalement concrétisés. C’est moche n’est-ce pas Lily ? Et si on écoute bien, dans la pub, le gimmick commence au refrain …

« It’s sad but it’s true how society says Her life is already over »

« C’est triste mais vrai la société considère que sa vie est déjà finie » .

P’tet que Tsonga et sa copine la voisine sont deux trentenaires super déprimés qui se jettent tels des morfals sur le Kinder Bueno comme un éventuel Prozac, on va dire. Maybe. Quand je suis in the bad mood j’me jette bien sur le Nutella …

 

Pour terminer, je n’ai pas trouvé le spot video, mais Orange utilisait souvent des extraits de « Come Together » des Beatles. Savez-vous que le verbe « to come » signifie à la fois « venir » et « jouir » ? Surtout que la chanson précise « Come Togheter, right now. Over me » …

Ils sont coquins, chez Orange …

Marseille, la SPA le chat et moi …

Cela fait des années que je rêvais d’un chat. Je voulais avoir un chat, j’étais en béatitude devant les lolcats, en pamoison devant ceux des amis.

Souvent les geeks choisissent des chats comme animaux de compagnie, je pense que le chat est en moyenne plus intelligent qu’un chien. Puis on n’est pas obligé de le promener. Puis ça ne pue pas. Puis c’est gentil et câlin et tout mimi. Bref. Je n’aime pas les chiens. Je voulais un chat.

L’Internet est fait de chats :

J’avais deux options : le refuge du Chat Libre et la SPA. J’ai pensé au trajet, au stress de la pauvre boule de poils sur le chemin du retour, j’ai opté pour le plus proche : la SPA.

La SPA à Marseille est située sur les hauteurs de La Valentine, c’est un coin isolé où on n’est plus trop sûr d’être encore à Marseille, surtout qu’il avait neigé et quand on passe devant le Chalet Suisse : on se demande si on a pas subi une téléportation entretemps. Puis on est rapidement guidé par les aboiements des chiens. On arrive à l’accueil et on est gentiment accueilli par deux chats et trois toutous qui vous souhaitent la bienvenue. Puis vient le tour de l’accueil :

« Bonjour, vous désirez ?
– Oui bonjour, voilà j’voudrais adopter un chat s’il vous plait.
– Veuillez patientez, je vous amène quelqu’un. »

J’ai un peu attendu mais j’imagine qu’il sont débordés par toute la joyeuse bande d’animaux à adopter. C’est la vétérinaire qui est venue, je lui ai reformulé ma demande est nous sommes allées aux présentations, je n’avais que l’embarras du choix … après c’est assez difficile de voir ces minous en cage, malgré cela j’ai trouvé que l’ensemble du personnel reflétait l’amour pour les bêtes, je leurs fais confiance pour ce qui est de l’occupation en attendant des âmes charitables qui souhaitent augmenter leur karma comme moi. Pour le reste, malheureusement ils n’ont pas le choix.

Au bout de dix minutes, on m’a présentée à un petit matou tout noir, un « vrai moteur diesel » dixit la vétérinaire. Je l’ai regardé, le chat m’a regardée, j’ai souri, le chat a cligné des yeux, j’ai caressé le chat, le chat a ronronné. Bref. J’avais eu le coup de foudre. J’ai toutefois tenu à voir le reste des minous, mais dans ma tête le choix était fait, en dépit du regard effrayé d’une gamine « papaaaaaa, la dame elle a pris un chat noiiiir c’est une sorcièèèèère ».

Le chat en question est un Ciotadien de huit mois capturé par la fourrière, qui a quand même fait le trajet jusqu’à Marseille pour le ramener, lui épargnant une mort douloureuse et injuste. Aujourd’hui il est donc chez moi. Il faut savoir que la SPA vous livre contre 150 euros un chat adulte, mais qui plus est pucé (ça remplace le tatouage), castré et vacciné. On vous fournit un « passeport » c’est un peu comme le carnet de Santé à nous humains, avec plein de rendez-vous vétérinaires à honorer. Rentrée à la maison, j’ai eu également la bonne surprise de voir qu’il était propre et qu’il savait où faire ses griffes. Je dis donc un bravo à la SPA de Marseille pour son travail actuel (il semblerait qu’elle n’a pas toujours eu bonne réputation) et je leur souhaite une bonne continuation dans ses œuvres.

Bref. J’ai adopté un chat.

Et en plus il se range de lui-même dans les étagères !

 

 

Toutes les bonnes choses ont une fin …

Dans pas mal de métropoles de France j’ai constaté le phénomène.

Adieu, librairie (photo ladepeche.com)

Cela a commencé à Toulouse : la célèbre librairie Castéla, implantée depuis des dizaines d’années sur la place du Capitole a fermé définitivement son rideau, suite à des problèmes de loyer exorbitant. Le magasin n’avait pas retrouvé de repreneur. Pourtant … les Toulousains l’aimaient leur librairie, quoi. Je me souviens d’heures passées à déambuler entre les différents rayons, feuilletant le dernier Werber, ou des livres de photos. Parfois même rien que pour le plaisir de sentir l’odeur du papier, après une dure journée de cours … je dois pas mal d’éléments de mes étagères à ce magasin. j’ai tiré une larme en apprenant sa fermeture. Tant pis. Je te regretterai, librairie, temple de la culture ignoblement remplacée par une boutique de téléphonie mobile. Notez : livres -> téléphonie mobile.

A Marseille, j’ai appris une autre fermeture d’institution : la boutique Zig-Zag, la seule boutique de cadeaux, gadgets, farces et attrapes du centre-ville est en liquidation totale. Départ à la retraite bien méritée du gérant, pas de repreneur. Remplacée par une boutique de fringues. En plus, eux, ils n’ont pas eu d’hommage dans la presse alors qu’ils le valaient bien … Notez : objets originaux -> fringues.

Entre midi et deux, comme je travaille au centre ville, je suis allée acheter deux magazines. Je me suis rendue compte, dernièrement, que je ne lisais plus trop la presse écrite et que c’était bien dommage. Je m’étais embrigadée dans un facebookisme aigu, chronophage à outrance, regorgeant de propos informes et bourrés de fautes (sur ce coup-là j’vais perdre des amis mais c’est pas grave …). Du coup je me suis débranchée un peu.

Je me suis donc achetée « Science et Vie » et « Tecknic’Art », valeurs sûres de mon enrichissement culturel, dans cette grande maison de la Presse située sur le Vieux Port et dans laquelle je suis sûre de tout trouver. C’est la plus grande maison de la presse du centre-ville, d’ailleurs. Et même la future-ex-maison-de-la-presse. Ils vont fermer prochainement, dixit l’employée du magasin. Remplacée par un glacier. Notez : Maison de la Presse -> Glacier.

Que penser de tout ça ?

Moi je commence sérieusement à penser que voilà, les institutions locales et nationales poussent à la fermeture d’endroits originaux et culturels, au profit de temples du capitalisme, qui eux, poussent au formatage et à l’inculture, la désinformation par la pléthore d’information de peu d’envergure. Il suffit de voir les reportages récents ou de pauvres adolescents ne peuvent plus se concentrer et donc apprendre à cause de leur addiction aux SMS. Les gens ne sont plus trop d’accord, ça lasse de trouver des boutiques Orange ou Zara à tous les coins de rue. Malheureusement on ne peut rien y faire. Notez : le peuple -> les moulins à vent.

C’est pas grave, mes petits-enfants seront heureux quand même … à leur façon en fait. Ou pas. Je leur raconterai ces temps où leur grand-mère plongeait son nez dans un livre neuf et emplissait ses narines de cette odeur chimique mais tellement agréable …

Faire courir un-e geek-ette …

 

Si vous disposez d’un iPhone assez récent (Version 3GS mini), vous avez constaté qu’une application « Nike+ » est fournie avec. Elle peut être activée justement dans les « réglages » et l’icône apparaît comme une grande lors de cette activation. Je n’étais jusque là pas fan de le course à pied (à vrai dire j’étais morte-mode carpette après avoir fait un tour complet du collège lors des cours d’endurance) mais quand j’ai vu les possibilités du gadget je me suis dit que ça pouvait être amusant de le tester.

En fait l’application va de paire avec un petit capteur Nike, il s’agit plus précisément d’un accéléromètre, disponible en magasin (ou sur le site internet). A priori, ce petit capteur pas plus gros qu’un pouce, est prévu pour se glisser dans des chaussures Nike estampillées Nike+, un trou dans la semelle étant prévu à cet effet. Personnellement j’aime bien Nike mais cependant niveau chaussures, je n’ai pas des Nike mais des New Balance, qui sont MES baskets de sport, qui sont parfaitement bien adaptées à la morphologie de mes pieds, qui sont de surcroit récentes et en bon état, ce qui justifie ce non-désir d’investir dans une nouvelle paire. J’imagine que bon nombre d’entre vous se trouvent dans le même cas que moi. Pour nous donc, il existe une parade, un clip qui se fixe directement sur vos lacets et qui sont vendus sur le site de Macway, Runaway de marque Switcheasy.

Commencez déjà par créer votre playlist-spéciale-running sur votre iTunes et exportez-là sur votre iPod. Dans cette playlist vous pourrez choisir LE morceau qui vous reboostera en cas de baisse de régime, c’est the PowerSong.

Sur l’application Nike+, vous choisissez votre programme (Standard, Course sur une durée ou une distance précise …), puis sélectionnez votre playlist. On vous demandera de marcher pour activer le capteur. S’il est neuf il se peut qu’il soit « éteint », dans ce cas, enfoncez le petit bouton au dos dudit capteur. Cliquez sur « play » sur votre iPhone et commencez à courir. Suivant votre paramétrage de départ, une voix vous donnera régulièrement des indications sur votre course. Quand vous avez fini, appuyez juste sur « Terminer », déclipsez votre capteur et rangez-le soigneusement.

Une fois rentré chez vous, lancez iTunes, rubrique Nike+ iPod, vous seront indiquées des informations sur votre dernière course. Si vous avez crée un compte sur le site de Nike+ vous pouvez commencer les choses amusantes 🙂 : sélectionnez « envoyer automatiquement les données à nikeplus.com » et cliquez sur « Synchroniser » en bas à droite. Votre course est envoyée sur votre compte Nike+ et là, vous pouvez avoir votre suivi personnalisé :

Personnellement pour une première course ce n’est pas trop mal 😉 …

Au fur et à mesure, vous pouvez avoir un vrai carnet de bord de vos progrès, disposer de graphiques comparatifs, et entrer dans des niveaux supérieurs à chaque échelon de grimpé (niveaux symbolisés par des couleurs, allant du jaune au noir). Vous pouvez également vous inscrire à des programmes « coaching » pré-définis (courir 5, 10 kms, courir un marathon …) ou à des « défis ». A savoir que le site est communautaire et que vous pouvez ainsi comparer vos performances à celles de vos amis.

Pour ceux qui n’ont pas d’iPhone ou d’iPod, il existe des bracelets USB qui servent de récepteurs, le software étant à télécharger sur le site de Nike+. Malheureusement il n’existe que pour Windows et Mac, le puristes de Linux n’auront qu’à l’émuler. Et pour ceux qui veulent tout savoir de leur rythme cardiaque, il existe une ceinture cardio compatible, la ceinture Polar Wearlink+. Mais, au vu de ce que j’ai pu lire sur le web, elle n’est malheureusement pas compatible avec l’iPhone.

PS : Notez qu’en une course, on ne dépense que peu de calories … un sport à long terme n’est fait que pour optimiser la capacité musculaire, donc ne vous jetez pas sur la première pizza venue juste après votre effort 😉

Hipstamatic my love

Bon nombre d’entre vous le savent, je possède un iPhone (et compte bien m’acheter l’iphone5 dès sa sortie) et j’aime bien tester les applications quand elles ont une certaine utilité. Outre pour écouter de la musique, identifier un morceau avec l’incroyable Shazam, tracer mes randonnées avec Walkmeter, ou mes courses à pied avec le kit Nike+, mon iPhone est devenu incontournable pour la photo vintage, passe-temps que les addicts ont nommé « iPhonographie« . Et là, j’ai eu un vrai coup de cœur pour la géniale application Hipstamatic !

Hipstamatic c’est la résurrection de votre Semflex … avec moults choix d’effets : en achetant ne serait-ce que le logiciel de base (1,59 €) vous avez déjà des kits installés, chaque kit comportant sa pellicule, sa lentille, et son flash, et de temps à autres, des packs vous sont offets. Vous pouvez par la suite acheter d’autres kits dans l’Apple-Store : Portland HipstaPak, Williamsburg Starter, Shibuya HipstaPak … vous pouvez donc à foison conjuguer chaque élément pour avoir un rendu différent.

Du point de vue utilisation, niveau graphique c’est vraiment joli, les manipulations se font d’un glissement de doigts, et d’autres services tels que le partage sur Facebook ou la commande de tirages sont à votre disposition. Et comble du bonheur, une vrai communauté s’est crée et vous pouvez participer à des concours, ça se passe là : http://community.hipstamatic.com/

Vous pouvez voir dans ce set ma dernière utilisation dans une savonnerie artisanale :

[flickr-gallery mode= »photoset » photoset= »72157627136078921″]

Pour ceux qui, comme moi, utilisent de réseau de partage Flickr, un groupe a été crée.

Petit tour des effets de base :
Film Kodot XGrizzled : bordure blanche hachée, pas d’effet
Film Ina’s 1969 : bordure à matière, écrue, coins ronds, style Polaroid, pas d’effet
Film Blanko : bordure blanche fine, pas d’effet
Film Claunch 72 Monochrome : noir et blanc dominante chaude (nouveau dans la mise à jour début 2010)
Objectif John S : couleurs saturées, dominante magenta au centre, bleu au bord, fort vignettage
Objectif Jimmy : couleurs saturées, tons chauds
Objectif Kaimal Mark II : franche dominante rouge sur couleurs un peu désaturées

Revue en video pour ceux qui comprennent l’anglais :

Pour les photographes avertis, le boitier argentique Hipstamatic a réellement existé, vous pouvez suivre dans ce post son histoire méconnue.

Libération vs Logiciels Libres

Je n’aime pas le quotidien Libération.

Je ne l’aime pas car il s’attire une fausse image de « journal de gauche » pour attirer la sympathie du public qui se rapproche de ce côté. Et ça c’est pas bien du tout. Et de deux les sujets sont peu fouillés et superficiels.
Tout remonte il y a quelques années quand un chroniqueur a pondu ça. Et j’ai vu rouge.

Comment un journal DE GAUCHE peut-il pondre un article aussi capitaliste et hautement fallacieux que celui-ci ???

Première sornette : « Enfourchant la thématique à la mode de la gratuité communautaire« . Hé bien non Monsieur ! Vous avez tout faux. Un logiciel libre n’est pas forcément gratuit. Je vous fais une petite leçon de choses afin que vous compreniez : un logiciel libre est un logiciel dont les codes-sources sont accessibles, modifiables, et distribuables à un groupe, une « communauté d’utilisateurs ». C’est à dire qu’il n’est pas fermé à une seule entité corporatiste, il n’appartient à personne, donc renvoit aux notions de droits d’auteur. Pour parler d’un OS connu pour servir d’exemple, MAC OS X est LIBRE et PAYANT.

L’ouverture des codes informatiques peut être utile à la recherche, et le travail communautaire peut parfois contribuer à certains progrès technologiques ; mais peut-on durablement faire abstraction des enjeux économiques et notamment se mettre en marge du droit de la propriété intellectuelle ?

Il existe des entreprises dont les besoins sont spécifiques. Acheter des logiciels, des plug-ins, des widgets peut se révéler couteux en terme de temps et d’argent, la contrainte est non-négligeable ! Pourquoi ne pas prendre un outil existant pour le mettre à sa sauce, voire éventuellement le revendre sous licence GPL, bien évidemment (pour info je ne vois pas le sigle dans l’article). La pratique est de plus en plus courante en SSII.

Au niveau du particulier, les logiciels coûtent trop cher. On ne va pas me faire croire qu’il achète ses logiciels. Il y a deux alternatives :
– Il pirate les logiciels propriétaires (pas bien)
– Il cherche son alter ego libre et gratuit, qu’il peut télécharger légalement, et peut faire mumuse par la suite, de manière ludique pour y apporter des « add-ons » à sa façon. Ses compétences futures sur le marché du travail seront optimisées et VALORISÉES !!! Si il n’a pas les moyens d’acheter les licences de ses logiciels propriétaires Microsoft (Windows, Office etc) et Adobe, il ne pourra pas les utiliser, donc pas progresser, ni même transmettre son savoir à d’autres personnes (la base de l’économie c’est le FLUX), donc les entreprises perdraient des « cerveaux », où est donc ce « sacrifice du savoir » dont l’auteur nous parle !

Car c’est tout l’art du libre, il est modifiable à souhait, de l’interface de saisie du mot de passe à la création de ses propres logiciels. Des entreprises spécialisées dans l’Open-Source se sont crées, créant des postes, favorisant l’économie. C’est pourquoi il est si intéressant, et que la plupart des congrès informatiques s’adressant au grand public portent sur ces logiciels (RMLL , nous ne sommes pas seuls, l’Allemagne organise elle aussi ses journées du libre les LinuxTag …).

Il faut ouvrir les yeux : la plupart des entreprises font tourner leurs serveurs avec LINUX, APACHE, MySQL et non WINDOWS SERVER, IIS et Oracle. Parmi toutes les entreprises pour lesquelles j’ai travaillé une seule faisait tourner IIS et Windows (même pas Oracle), c’était l’URSSAF … personnellement je ne fais tourner mes serveurs que sous Linux. Sinon pour mes ordis, je suis sous Windows, Linux (Ubuntu) et MAC OS X. J’ai une préférence pour ce dernier mais je trouve que tous les systèmes ont leurs avantages, leur inconvénients et ont un certain intérêt qui leur est spécifique.

Puis il ne s’agit pas de fustiger le créateur du projet GNU et de la Free Software Fundation, Richard Stallman, bien que sa personnalité soit spéciale, en le rabaissant en tant que « pape autoproclamé » : il a eu un jour un besoin à satisfaire, il a pris un code-source d’un driver d’imprimante, l’a modifié et a ensuite redistribué gratuitement ce driver retravaillé au grand public. Certes c’est une vision de partage qui se rapproche du « communisme », (voire du « communautarisme ») mais quelque part le communisme n’est-il pas un concept … de gauche, tout comme est censé être le journal « Libération » ?

Oui, les logiciels libres sont le plus souvent gratuits, mais leur gratuité favorise l’accessibilité à la connaissance, la culture, l’apprentissage, car les logiciels propriétaires pour le grand public sont couteux, et c’est la raison première du crackage desdits logiciels, et cette dernière notion, par contre, fusille l’économie ! Ils sont le plus souvent plus stables au niveau de la programmation car les bugs sont vite corrigés. Pour moi, c’est ça qu’un journal de gauche, proche des gens qui n’ont pas forcément les moyens d’installer des programmes Microsoft ou Adobe, et qui n’est pas forcément familier avec le sujet, devrait inculquer ! C’est dire aux gens « Open Office est aussi performant que Microsoft Office et c’est gratuit », « Gimp est aussi (pour le grand public on dira) performant que Photoshop et vous ne déboursez pas un centime » ! C’est dire « Ubuntu est un OS facile d’utilisation plus rapide, plus léger, et peut-être même plus simple que Windows » !

D’ailleurs demandez au gens quel navigateur web ils utilisent et pourquoi … oui pourquoi Firefox est-il devenu en quelques années le navigateur le plus populaire ?

Une note humoristique pour finir ce billet …

Source XKCD.com (des BD pour geeks)